MES RANDONNEES

GR 123

28 janvier 2014

GR 123 Etape 3 Russeignies à Pottes

Classé dans : GR123 — gvanassche @ 7 h 52 min

Météo prévu : 1 à 5°C temps sec nuageux et éclaircies

Transport : nous sommes partis le dimanche 26 janvier et il n’y a pas de bus ce jour là, par chance Christelle  m’accompagne pour cette étape. Donc nous avons pris deux voitures, une première qui va à Pottes qui sera notre point de retour et l’autre à Russeignies qui est notre départ. La durée du trajet en partant de Tourcoing est de 45mns. Nous avons démarré la rando  à 8h40.

Distance de l’étape : 17,8kms

Résumé de l’étape : Magnifique levé de soleil au démarrage de cette journée (voir photo), cela est fort agréable après toute cette pluie qui est tombée les jours précédents. Je suis accompagné de Christelle pour cette étape qui souhaite se remettre au sport et arrêter de fumer bientôt. Le démarrage de cette rando commence par une montée puisque le mont de l’enclus est face à nous (141m d’altitude ), la montée est vraiment facile mais bon on est d’un l’nord heinnn!! Dommage que celle ci se fasse sur le goudron.

En ce dimanche on croise beaucoup de cyclistes et joggeurs parlant néerlandais ou français, une des seules côtes du coin ça attire du monde. Arrivée au sommet on longe la crête à travers un bois ce qui est vraiment très agréable avec de temps en temps une vue à l’horizon bien dégagée, de très belles bâtisses se trouvent disséminées sur le mont de l’enclus çà et là et on sent bien qu’on est pas chez les pauvres. Attention au balisage encore une fois car parfois il est contradictoire (on a un balisage tout droit et un balisage à gauche au sortir de la foret, cela s’explique du fait qu’il y a deux GR qui font route commune : le GR 122 et le 123 et que les routes ont sans doute étaient modifiées entre temps). Arrivée à « l’enclus du haut » il est l’heure de redescendre vers Orroir, nous allons croiser des animaux divers comme une autruche dans un jardin qui voulait me chopper la main(voir photo), des lamas, des chevaux, des poules énormes, des chiens, des chats, des vaches, bref un vrai petit zoo sur ce parcours. Egalement le long du parcours nous croisons au bord des routes des filets type panier de basket (voir photo) , et après réflexion Christelle comprend que ceux ci servent à y jeter les déchets notamment des coureurs cyclistes qui y passent  plutôt que de les jeter à terre (ils sont forts ces belges!!).

Notre route se poursuit après orroir vers Pottes à travers les champs et la boue, mais là attention, le balisage est inexistant et la boussole et le plan sont indispensables, deux fois nous perdons la trace du GR, une première fois nous nous retrouvons devant la clôture d’un habitant avec des chiens aboyants sans arrêt, impossible de passer, après avoir lu mon plan je décide de couper à travers un terrain qui est imbibé d’eau avec une marre d’une profondeur inestimable au départ , christelle me dit « impossible de passer par là », d’où je réponds : « impossible je sais pas il faut essayer avant de dire ça », la marre dans sa partie la plus étroite fait 10 mètres de largeur mais impossible de savoir la profondeur au milieu, donc je me lance tout doucement et très vite ma chaussure est sous l’eau mais juste à la limite de la cheville, au milieu de la marre ma chaussure prend un peu l’eau mais globalement ça passe, christelle me suit et nous retrouvons la trace du GR 200 mètres plus loin. Avant l’arrivée à Pottes, à nouveau on perd la trace du GR,  ma boussole indique direction sud et je décide encore une fois de m’y fier, pour ce faire je traverse en éclaireur un champ et là  d’un coup  je m’enfonce de 40 cms  dans la boue, j’ai l’impression d’être aspiré comme dans un sable mouvant (voir photo de l’état de mes chaussures), je préviens Christelle du côté à éviter où le fermier venait sans doute de retourner le champ et la boue n’était pas tassée et imbibé d’eau, au final une bonne partie de rigolade à me voir dans cet état là.

Nous retrouvons une fois de plus le tracé du GR à pottes. Cela fait bientôt 5 heures que nous marchons et Christelle commence à boiter car ces chaussures lui font mal au niveau de la cheville et elle n’avance plus, de plus impossible de trouver un endroit où se poser à travers champs pour manger, donc la fatigue commence à se faire sentir, il est temps d’arriver à la voiture et en plus on annonce la pluie dans l’après midi.

Et en effet à peine arrivé à la voiture il pleut, la route de retour se fera sous un déluge d’eau et de vent…

En résumé une étape sportive et pleine de surprise, de très beaux paysages, je recommande cette étape très agréable, dommage que la balisage ne soit pas toujours au rendez vous.

 

GR123 étape 3
Album : GR123 étape 3

10 images
Voir l'album

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Quincytacb |
Toutestsport |
Cat Trike Attitude |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie sur le Bitume
| Lesagenailes
| SL COUDUN 1